Verband Schweizer Wissenschafts-Olympiaden admin
Association des Olympiades Scientifiques Suisses
Associazione delle Olimpiadi Scientifiche Svizzere
Association of Swiss Scientific Olympiads
Biologie Chemie Geografie Informatik Mathematik Philosophie Physik
de fr
Aktuell
Die Olympiaden
Der Verband
Anlässe / Termine
Medien / Publikationen
Wir danken
Links
Kontakt
Facebook
Newsletter abonnieren
Les jeunes filles et les maths : une combinaison parfaite
Pour la première fois les European Girls‘ Mathematical Olympiad se sont déroulées en Suisse du 6-12 Avril 2017 à Zurich. Les récompenses pour les 168 participantes ont été : médailles, connaissances, amies et idées de carrière. Et la preuve que on n‘est pas la seule à être talentueuse en mathématiques.

26.03.2017

Le cliché que la mathématique n’est pas faite pour les femmes est persistant. 168 jeunes femmes ont prouvé le contraire du 6-12 Avril 2017 à Zurich. Les étudiantes les plus talentueuses de 43 pays ont participé aux Olympiades des Mathématiques exclusivement pour les femmes. L’Université de Zurich (UZH) et l’EPF Zurich ont pu être mobilisées comme institutions hôtes des EGMO 2017. Les membres bénévoles de l’association des Olympiades Suisses de Mathématiques OSM (imosuisse) étaient responsables de l’organisation de la manifestation.

Transmettre la passion des mathématiques
Viviane Kehl, présidente d’imosuisse et étudiante en mathématiques à l’EPF Zurich déclare : „Nous voulions offrir aux jeunes femmes des examens à la fois exigeants et passionnants et leur transmettre la passion des mathématiques. Le programme-cadre qui permet aux jeunes filles d’apprendre à se connaître était tout aussi important.“ Quelque 65 bénévoles étaient à pied d’œuvre pendant la semaine des EGMO.

Créativité et logique pour résoudre les énigmes
Les élèves passaient deux épreuves de 4 heures et demie chacune qui constituent l’élément central des olympiades. Ces épreuves consistaient en trois problèmes portant sur l’algèbre, la combinatoire, la géométrie et la théorie des nombres. Ils étaient exigeants sur le plan intellectuel. Des mathématiciennes de quelque 40 pays ont imaginé les problèmes préalablement aux olympiades. Dimitri Wyss, président suisse du Problem Selection Committee explique ce qui fait un bon problème pour les olympiades: „Les questions doivent être compréhensibles et avoir un certain degré de difficulté tout en étant attrayantes.“ Un problème est attrayant lorsqu’il surprend et que la résolution de l’énigme ne repose pas uniquement sur un procédé logique mais fait également appel à des idées créatives.

Olha Shevchenko (Ukraine) et Qi Qi (Etats-Unis) ont été particulièrement brillantes : les deux jeunes femmes ont été les seules à obtenir le maximum de points. Les deux équipes suisses se réjouissent des trois médailles de bronze obtenues par Yuxi Zheng (Kantonsschule Limmattal), Natalie Bäbler (Kantonsschule Glarus) et Ivana Klasovita (MNG Rämibühl). Yunshu Ouyang (Collège André-Chavanne) et Viera Klasovita (MNG Rämibühl) ont quant à elles remporté une mention honorable.

Echanges par-delà les cultures
Outre la compétition intellectuelle, les EGMO mettent également l’accent sur e plaisir et les échanges entre les participantes. La semaine des olympiades a permis de nouer de nombreux contacts et fait naître quantité de nouvelles amitiés. Les hôtes ont appris à connaître la Suisse, notamment lors d’une excursion sur le Rigi ou pendant le jeu de piste à travers de Zurich.

„Utilise ton talent“
Les jeunes talents se sont également intéressés à leur avenir : lors d’une table ronde, elles ont fait la connaissance de mathématiciennes qui ont évoqué leur parcours et leurs activités professionnelles. Les quatre ont donné des recommandations personnelles aux jeunes : Sandrine Micaleff (Roche) a souligné l’importance d’utiliser le talent des participantes : „Faites ce que vous aimez et vous y excellerez. Après vos études vous trouverez des moyens d’utiliser votre capacité de réfléchir à des problèmes compliques dans votre carrière professionnelle.”

Bea Wollenmann (Munich Re, fondatrice des Olympiades Suisse de Mathématique) a ajouté, qu’il est aussi important d’apprendre de nouvelles compétences : “Apprenez à communiquer, à travailler ensemble avec d’autres personnes qui n‘ont pas les memes idées.”

Özlem Imamoglu (EPF Zurich) a appuyé qu’une bonne confiance en soi est essentielle. „Pensez à vous : êtes vous satisfaite? C’est suffisant, vous ne devez pas être deux fois meilleures que vos collègues masculins, mais vous devez croire en vos compétences. Les gens vont percevoir cela et vous traiterons de façon différente, cela vous aide aussi à vous faire la peau dure.” Cette dureté est nécessaire pense-t-elle car il y a toujours des gens avec des attitudes sexistes.

Une expérience qui a un impact positif sur l’avenir des jeunes femmes
Viviane Kehl, organisatrice des EGMO tire un bilan positif de la manifestation. La collaboration entre les organisateurs, le jury et les bénévoles de plus de 40 pays a très bien fonctionné. Elle est convaincue que les EGMO constituent une expérience dont les effets se feront aussi sentir à long terme. „J’aimerais que les participantes rentrent chez elles avec le sentiment de ne pas être les seules femmes à aimer les mathématiques et à avoir un talent dans cette discipline.“ Un tel sentiment est motivant et influence positivement le parcours professionnel des jeunes femmes.

Texte: Mirjam Sager
Photos et video: Florian und Evelyn Märkli

Lire plus sur les projets internationaux des olympiades scientifiques:
• Eine Schweizer Erfindung reist um die Welt – Die Software OlyExams ist bei vielen Olympiaden gefragt
• What's up? – Die Agenda verrät, wohin es die Schweizer Teams im Sommer 2017 zieht.
• Als die Selektion noch per Fingerzeig funktionierte – Die Chemie-Olympiade feiert ihren 30. Geburtstag.